Article du CMRA sur Lyon MAG - Mohamed Amara

 

Mohamed Amara, collectif des Maliens de Rhône-Alpes : “Beaucoup d’attentes sur la conférence de Lyon

 

Pouvez-vous d’abord nous parler de votre collectif ? "Il a été créé le 18 mars 2012. Son objectif principal est de discuter des grandes problématiques du développement du Mali, et donner une autre vision du pays qui a été celle donnée par les djihadistes. Au final, notre collectif milite pour un ancrage démocratique au Mali et pérenniser les droits de l’homme, notamment à travers des actions d’information et de communication".

Cela fait maintenant un peu plus de deux mois que la France a débuté son intervention militaire contre les islamistes au Mali. Lyon accueille demain une grande conférence sur le développement du pays à laquelle assistera Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères ainsi que son homologue malien. "Cette conférence est importante à deux niveaux. Le premier, c’est que pour nous, c’est une conférence qui se passe dans une ville comme Lyon qui est très impliquée dans la coopération décentralisée en particulier dans la région de Tombouctou en mettant par exemple de l’eau potable à disposition des populations".

Cet accompagnement avait été suspendu du fait de la guerre ? "Il avait été suspendu du fait déjà du coup d’Etat qui remonte au 22 mars 2012".

Ces aides manquent beaucoup aux populations ? "Elles manquent déjà beaucoup aux personnes qui sont restées sur place parce qu’il y a quelque chose qui nous parait vraiment important. On est d’accord, il faut le dire et redire, il y a eu 150 000 réfugiés et plus de 230 000 déplacés, et c’est dramatique. Par contre, il y a les autres populations qui sont restées sur place et qui n’ont pas accès à l’aide. C’est bien aussi que ces populations puissent avoir accès à l’aide comme de l’accompagnement, du soutien et une sorte de reconstruction liée aux violences qu’elles ont subies. Il faut se rappeler dans des villes comme Gao ou Tombouctou, il y a des pieds et des mains qui ont été amputés, des femmes qui ont été violées…".

 

Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Mohamed Amara, collectif des Maliens de Rhône-Alpes : “Beaucoup d’attentes sur la conférence de Lyon”

 

Mohamed Amara, secrétaire aux relations extérieures du collectif des Maliens de la région Rhône-Alpes, était l’invité ce lundi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.Cette conférence va aider dans ce sens là ? "Je pense que ce qui sera important pour nous, c’est ce maillage associatif des différents acteurs autour de l’aide au développement. Notre rôle, c’est d’apporter notre petite expérience. Il faut que l’aide parte du besoin local".

Deux mois donc après le début de l’intervention française, les groupes islamistes ont battu en retraite et se sont retirés progressivement des grandes villes. Est-ce qu’aujourd’hui la menace est écartée ? Que vous dit-on sur place ? "La menace est écartée mais elle n’est pas finie, c'est-à-dire qu’elle n’a pas complètement été éradiquée. Il faut continuer à les anéantir. Par contre sur place, les populations locales retrouvent petit à petit la joie de vivre".

Comment la communauté malienne de Rhône-Alpes et de Lyon a-t-elle pu se tenir au courant de la situation sur place ? "Ce n’était pas simple mais le moment le plus dur fut quand l’opération Serval a débuté le 11 janvier. Pendant deux semaines, Gao ne pouvait pas communiquer avec le reste du monde".

Parlez-nous de la communauté malienne dans la région Rhône-Alpes ? "La communauté malienne à Lyon n’est pas très nombreuses. Il y a à peu près 250 familles. Par contre, il y a beaucoup plus d’étudiants dans la région Rhône-Alpes. A Valence et à Grenoble, ils sont beaucoup plus nombreux qu’à Lyon car c’est là qu’arrivent les boursiers d’excellence. Donc, c’est une communauté assez structurée et qui s’en sort pas mal face aux grands défis du Mali".

Avec la guerre au Mali, y a-t-il eu un flux d’immigrants maliens dans la région ? "Je n’appelle pas ça un flux parce que c’est très difficile, étant Malien, d’arriver en France. Pour faire simple, il y a des franco-maliens qui ont quand même pu rejoindre la France".

Aujourd’hui, la France souhaite rapidement retirer ses 4000 hommes présents sur place et a fait pression pour la mise en place d’élections au mois de juillet ? Etes-vous optimiste pour la suite ? "Je pense qu’avec la situation actuelle que nous avons, il faut être optimiste. Optimiste aussi pour la conférence de demain dans le sens où l’on pense que c’est le point de départ d’un vrai échange, c'est-à-dire de l’écoute et aussi qu’on entende les gens pour mettre en place des actions qui prennent en compte l’ensemble des considérations".



Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Livre d'or

Dernier message :

Mahamane, merci pour les compliments et les voeux. Avec de la détermination et de la patience, le combat va aboutir. Alfadoulou

par Alfadoulou

Aller sur le livre d'or

Galerie photos

Marche de protestation

Météo

Mercredi

min. 26 ° max. 41 °
Ciel dégagé

Jeudi

min. 26 ° max. 40 °
Ciel dégagé

Vendredi

min. 27 ° max. 40 °
Partiellement nuageux
Visiteur en ligne

    Nombre d'invité : 0

    Dons
    Espace Membre

    Pas encore de compte ?

    Mot de passe oublié ?