L’Estonie donne le détail de sa participation à l’opération Barkhane

Le 9 mai, le Parlement estonien a donné son accord à écrasante majorité (69 voix contre 2) à l’envoi d’un contingent de 50 militaires au Mali, au titre de l’opération Barkhane. La ministre française des Armées, Florence Parly, a salué cette décision, qui « promet de renforcer une coopération bilatérale déjà particulièrement étroite » et qui « témoigne d’une convergence de vues stratégiques importante, notamment sur les menaces qui pèsent sur la sécurité européenne. »

 

Dans le cadre de la présence avancée renforcée de l’Otan (eFP) dans les pays baltes et la Pologne, la France a déployé un sous-groupement tactique interarmes (S/GTIA) à Tapa, en Estonie, entre mars et décembre 2017. Et, depuis le 1er mai, quatre Mirage 2000-5 de l’Escadron de chasse 1/2 Cigognes assurent la police du ciel dans l’espace aérien estonien depuis la base estonienne d’Amari, au titre de la mission « Enhanced Air Policing » (ex-Baltic Air Policing).

 

La décision prise par Tallinn fait que ce sera la première fois que des soldats étrangers participeront directement à l’opération Barkhane. Les contributions militaires d’autres pays européens ont, jusqu’à présent, concerné la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA] ainsi que la mission de l’Union européenne EUTM Mali, qui vise à former les soldats des forces armées maliennes (FAMa).

 

Après l’Estonie, le Royaume-Uni devrait suivre en mettant à la disposition de la force Barkhane trois hélicoptères lourds de transport CH-47 Chinook.

 

Dans le détail, le détachement estonien comptera 36 fantassins, des traducteurs et un échelon de soutien de 6 militaires. Doté de 5 véhicules blindés de transport de troupes Patria Pasi XA-188, il sera affecté à Gao. Sa mission sera de protéger cette base et de patrouiller dans ses environs.

Les militaires estoniens arriveront à Gao, « à l’invitation du Mali et en liaison avec la France » à compter de l’été prochain, pour une durée d’un an.

 

Pour rappel, en 2014, alors que la France menait l’opération Sangaris en Centrafrique, l’Estonie avait été l’un des rares pays européens à fournir des troupes à l’opération européenne EUFOR RCA, dont la « génération de forces » avait pu être bouclée grâce à une contribution importante de la Géorgie, pays n’appartenant pas à l’Union européenne.

 

Laurent Lagneau


Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Mai 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
Livre d'or

Dernier message :

Mahamane, merci pour les compliments et les voeux. Avec de la détermination et de la patience, le combat va aboutir. Alfadoulou

par Alfadoulou

Aller sur le livre d'or

Météo

Mercredi

min. 30 ° max. °
Partiellement nuageux

Jeudi

min. 29 ° max. 44 °
Partiellement nuageux

Vendredi

min. 28 ° max. 46 °
Ciel dégagé
Visiteurs en ligne

    Nombre d'invités : 2

    Dons
    Espace Membre

    Pas encore de compte ?

    Mot de passe oublié ?