Barkhane : Nouvelle saisie d’armes et de munitions

 
Barkhane : Nouvelle saisie d’armes et de munitions

Forts de renseignements obtenus au cours des récentes opérations menées dans le nord du Mali, les soldats de la Force Barkhane ont conduit une opération de fouilles dans la ville de Kidal en coordination avec la Coordination Mixte de la Sécurité de l’Azawad de Kidal (CSMAK) et la MINUSMA dans la nuit du 04 au 05 juillet 2017. Cette opération a permis la saisie d’un stock de munitions et d’équipements pouvant servir à la confection d’engins explosifs improvisés (EEI).

L’opération SARAKA est déclenchée le 04 juillet depuis le poste de commandement interarmées de théâtre de N’Djamena au Tchad. Durant la nuit, les unités du groupement tactique désert blindé (GTD-B), renforcées de commandos montagne, ont effectué un déplacement tactique et procédé aux fouilles des différents lieux suspectés d’abriter de l’armement. L’opération était également appuyée par un moyen de surveillance qui permettait au commandement de disposer d’une vision précise de la situation tactique et d’assurer la coordination des actions en temps réel.


La première phase de l’opération a consisté en un bouclage du périmètre autour d’une maison et de deux bâtiments annexes. Lors de la fouille, les militaires français ont découvert un important stock de munitions (plus de 1 000 cartouches de petits calibres ainsi que des roquettes), de l’armement (dont des lance-roquettes) ainsi que des moyens de communication. Le propriétaire, soupçonné d’être un trafiquant d’armes, a été capturé.


Ce type d’armement ou de munitions est généralement utilisé dans  la confection d’EEI ou les attaques indirectes qui frappent de manière indiscriminée les forces militaires internationales et les populations. En moins d’une semaine, le GTD-B aura réalisé plusieurs saisies d’armes et de munitions dans sa zone de responsabilité. Ces opérations appuyés par les autres moyens spécialisés de Barkhane contribuent directement à réduire les capacités logistiques des groupes armées terroristes (GAT), participent à la lutte contre l’insécurité dans le nord du Mali et soutiennent les actions au profit des populations du Sahel.


Depuis le début de l’opération Barkhane, plus de 400 terroristes ont été mis hors de combat ou remis aux autorités des pays partenaires. Plus de 20 tonnes d’armes ont également été saisies ou détruites soit près de 2 tonnes par trimestre.
Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle regroupe environ 4 000 militaires dont la mission consiste à appuyer les forces armées des pays partenaires dans leur action de lutte  contre les groupes armés terroristes dans la BSS et favoriser une appropriation africaine de la gestion des crises.


Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense


Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Livre d'or

Dernier message :

Mahamane, merci pour les compliments et les voeux. Avec de la détermination et de la patience, le combat va aboutir. Alfadoulou

par Alfadoulou

Aller sur le livre d'or

Météo Météo indisponible, merci de votre compréhension La météo n'est pas disponible pour cette ville.
Visiteur en ligne

    Nombre d'invité : 0

    Dons
    Espace Membre

    Pas encore de compte ?

    Mot de passe oublié ?