Français Le Collectif des Maliens de la Région Rhône-Alpes (CMRA) est une association loi 1901 née suite à la crise du Mali caractérisée par l’occupation des régions Nord du pays par des rebelles séparatistes et des islamistes. Le CMRA œuvre pour la paix, l’intégrité territoriale et le développement du Mali. Elle a pour objet, la contribution à la résolution des grands problèmes du Mali, la promotion de l’éducation, de la santé et de la culture. Le Collectif des Maliens de la Région Rhône-Alpes CMRA entend initier des projets de développement et de solidarité à l'intention des régions occupées du Nord du Mali. Méthode ou moyens d'intervention: actions d’information et de communication (conférences, meetings, séminaires…), projets de développement sur l’éducation, la santé, la culture... English The Collectif des Maliens de la Région Rhône-Alpes -CMRA (meaning the Joint Malians in Rhône-Alpes Region) is a 1901 law based association created after the Malian crisis featured by the occupation of northern regions of Mali by separatist rebels and Islamists. The CMRA promotes peace, territorial integrity and development of Mali. Its objective is to contribute to solving major problems of Mali, to promote education, health and culture. The Joint Malians in the Rhône-Alpes Region intends to initiate development projects and solidarity for settled areas of northern Mali. Method or means of intervention: information and communication (conferences, meetings, seminars ...), development projects on education, health, culture... جمعية الماليين في رون ألبجمعية الماليين في رون ألب أنشئت جمعية الماليين في رون ألب ( (CMRA بقانون 1901 بعد الأزمة التي قامت في مالي وباحتلال المناطق الشمالية للبلاد من خلال المتمردين الانفصاليين والإسلاميين. تسعى جمعية CMRA لتعزيز السلام، وسلامة الأراضي المحتلة، وترسيخ مشروعات التنمية في مالي. هدف الجمعية : المساهمة في حل المشاكل الرئيسية في مالي، وترويج الصحة، والتعليم والثقافة في الدولة. أهم طرق أو وسائل جمعية CMRA لتعبير أفكارها هي :عملية إيصال المعلومات وبثها عبر القنوات التقليدية (كتنظيم المؤتمرات والاجتماعات والندوات غير ذلك)، وإقامة مشاريع التنمية حول التعليم والصحة والثقافة ...

Aide publique : 64 partis vont se partager 2,6 milliards FCFA

Deux milliards 675 millions de francs CFA, c’est le montant que les partis vont se partager cette année au titre de l’aide publique aux formations politiques. Sur les 200 partis politiques que compte le Mali, 75 ont postulé pour cette aide, 64 ont été déclarés éligibles. Au sein de l’opinion publique, on s’interroge sur la pertinence de cette aide, et certains exigent le durcissement des conditions d’attribution. Si on ignore encore la répartition exacte du montant à attribuer à chaque parti,...


Lire la suite →


Axe Hombori-Gao : La misère des voyageurs

Au moins une vingtaine de bus sont bloqués chaque semaine durant 3 jours à Hombori à cause du manque d’escorte. Selon des témoignages, la majorité des voyageurs dont des femmes et des enfants épuisent leurs ressources sur place et manquent énormément d’eau et de nourriture. Selon le passager Abdoulaye Mahamane Touré, les gens sont dans une situation précaire. Les passagers trouvent difficilement à manger et à boire s’indigne-t-il. Il dénonce aussi la cherté du prix des aliment...


Lire la suite →


Mali: une dizaine de tués dans une attaque près de la frontière nigérienne

Une dizaine de civils ont été tués par de jihadistes présumés dimanche dans le nord-est du Mali, près de la frontière nigérienne, selon des groupes armés à dominante touareg et les autorités locales.

 

Plus d'une centaine de personnes, dont de nombreux civils, appartenant en particulier aux communautés peule et touareg, ont péri ces derniers mois dans cette région, où s'affrontent notamment des jihadistes ayant prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) et deux groupes principalement touareg soutenant la force française Barkhane et l'armée malienne, le Gatia et le MSA.

 

Dimanche, "des bandits armés affiliés au réseau criminel opérant le long de la frontière Mali-Niger ont fait irruption dans la localité d'Injagalane", à l'ouest de Menaka, affirment dans un communiqué conjoint, en allusion aux jihadistes, le MSA (Mouvement pour le salut de l'Azawad, issu de l'ex-rébellion) et le Gatia (Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés, pro-Bamako).

 

"Ils ont ouvert le feu sur les civils de la communauté Ibogholitane et Idarfane", précisent-ils, en référence à deux communautés touareg, faisant état de 12 tués et trois véhicules calcinés.

 

L'attaque a été confirmée par un responsable du gouvernorat de Menaka, principale ville de la région.

"Des hommes armés circulant sur plusieurs motos ont fait irruption dans le marché d'Injagalane", a déclaré ce responsable à l'AFP sous le couvert de l'anonymat. "Ils ont tiré dans la foule, il y a eu 14 morts, plusieurs véhicules et motos brûlés", selon cette source.

 

Selon le MSA et le Gatia, "les auteurs de ces massacres s'en prennent à toutes les communautés sans exception". "Ces massacres sont perpétrés par des extrémistes dans le but de (faire) déguerpir toutes les populations de leurs zones d'ancrage", affirment-ils.

 

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

 

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le gouvernement, les groupes pro-Bamako et l'ex-rébellion, censé isoler définitivement les jihadistes.

 

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et le sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

 


Force du G5 Sahel: un général mauritanien prend le commandement, avec un adjoint tchadien

Le chef d’état-major adjoint mauritanien, le général Hanena Ould Sidi, a été nommé commandant de la force antijihadiste du G5 Sahel, succédant ainsi au général malien Didier Dacko, avec pour adjoint le général tchadien Oumar Bikimo, a-t-on appris samedi de sources officielles à Nouakchott et N’Djamena. La décision de remplacer le général Dacko et son adjoint burkinabè, le colonel-major Yaya Séré, a été prise lors d’un sommet du G5, org...


Lire la suite →


Armée de l’Air : le parc d’avions s’agrandit

Après des précédentes acquisitions, le président de la République IBK a réceptionné, le mercredi 11 juillet 2018, à la Base aérienne 101 de l’Armée de l’Air de Sénou, 4 avions de chasse pour renforcer les capacités opérationnelles des FAMa. Ces quatre avions de chasse de type Super Tucano A29 ont été livrés par le fabricant Ambrayer, une société brésilienne financés sur budget national. Le type Super Tucano a une capacit&eacu...


Lire la suite →



1 2 3 4   Page suivante


Calendrier
« Juillet 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Livre d'or

Dernier message :

Mahamane, merci pour les compliments et les voeux. Avec de la détermination et de la patience, le combat va aboutir. Alfadoulou

par Alfadoulou

Aller sur le livre d'or

Météo

Mercredi

min. 28 ° max. 39 °
Ciel dégagé

Jeudi

min. 29 ° max. 39 °
Ciel dégagé

Vendredi

min. 28 ° max. 41 °
Ciel dégagé
Visiteur en ligne

    Nombre d'invité : 1

    Dons
    Espace Membre

    Pas encore de compte ?

    Mot de passe oublié ?